Skip links

Biographie

La contralto française Anthea Pichanick fait irruption sur la scène musicale en remportant le Premier Prix du prestigieux Concours International d’Opéra Baroque Antonio Cesti d’Innsbruck en 2015. On découvre alors un grain vocal unique, un timbre d’une profondeur saisissante et une musicalité alliant raffinement et intensité. Cette victoire lui vaut de se produire en récital avec l’ensemble L’Astrée au Konzerthaus de Vienne.

Durant l’été 2016, Anthea Pichanick offre une prestation très remarquée au Festival International d’Opéra Baroque et Romantique de Beaune dans le rôle d’Asteria du Tamerlano de Vivaldi, avec l’ensemble Les Accents dirigé par le violoniste Thibault Noally. La revue Diapason salue « un timbre généreux, parfaitement posé, et une diction admirable ». Cet événement marque le début d’une collaboration fidèle tant avec le Festival de Beaune qu’avec Les Accents de Thibault Noally.

La saison 2016/2017 la voit cultiver l’éclectisme. En décembre 2016, au Théâtre des Champs-Élysées, elle chante The Messiah de Händel avec Le Concert Spirituel placé sous la direction d’Hervé Niquet. On l’entend ensuite dans le rôle de l’une des Servantes d’Elektra de Strauss à l’Opéra de Lyon sous la baguette d’Hartmut Haenchen. Les relations privilégiées avec Les Accents se renforcent avec la reprise de Tamerlano de Vivaldi à Dortmund en Allemagne, un récital Vivaldi au Théâtre Grévin à Paris en juin 2017 : « On tombe instantanément sous le charme d’un timbre de contralto aussi rare qu’original, dont le grain est perle, le velours duvet et l’obscurité lumière », souligne le site spécialisé Forumopera.

Peu après, elle assume brillamment le rôle-titre de Mitridate d’Alessandro Scarlatti de nouveau au Festival de Beaune : « Anthea Pichanick assume les hardiesses comme les épanchements du rôle-titre, contralto souple à l’envoi libre, au médium suave » (Diapason).

Durant le même été, citons aussi le Stabat Mater de Pergolesi avec Le Poème Harmonique et Vincent Dumestre, aux côtés de Julia Lezhneva, à Cracovie.

La saison 2017/2018 est tout aussi intense : Requiem de Mozart à La Seine Musicale de Boulogne-Billancourt avec Les Musiciens du Louvre dirigés par Marc Minkowski, mise en scène par Bartabas ; Israel in Egypt de Händel avec Les Cris de Paris et Les Siècles au Festival Cervantino au Mexique ; The Messiah avec l’Orchestre symphonique des Baléares dirigé par Pablo Mielgo. Elle participe également à la soirée de gala à la Salle Gaveau aux côtés d’Emőke Baráth, Chantal Santon Jeffery, Philippe Jaroussky, Emiliano Gonzalez Toro et La Chimera.

Elle fait ses débuts à l’Opéra de Nancy avec une prise de rôle, Zulma de L’Italiana in Algeri de Rossini sous la direction de Giuseppe Grazioli et dans une mise en scène de David Hermann. Forumopera s’enthousiasme à nouveau : « On admire le talent avec lequel Anthea Pichanick parvient, grâce à ses ressources vocales et théâtrales, à faire de Zulma un personne à part entière ». Elle reprend ce rôle au Festival de Beaune cette fois avec l’Ensemble Matheus et Jean-Christophe Spinosi. À Beaune également, elle chante le rôle de Fernando dans Rodrigo de Händel avec Les Accents.

En 2018/2019, citons l’Oratorio de Noël de Bach sous la direction de György Vashegyi (Palais des Arts à Budapest, Chapelle Royale de Versailles, Église Saint-Roch à Paris), The Messiah de nouveau avec Hervé Niquet (Chapelle Royale de Versailles), des concerts Bach et Hasse avec Les Musiciens du Louvre, ainsi que le Requiem de Mozart avec le Chœur et l’Orchestre de la Fondation Gulbenkian à Lisbonne sous la direction de Lorenzo Viotti.

Pour la saison 2019/2020, elle incarne le rôle de Ménandre de Coronis de Durón avec sous la direction de Vincent Dumestre et dans une mise en scène d’Omar Porras (Théâtre de Caen, Opéra de Lille, Opéra de Rouen, Opéra de Limoges, Opéra Comique). Elle chantera aussi dans Rodrigo de Händel avec Les Accents au Theater an der Wien, et prendra part à un Gala Monteverdi avec I Gemelli, Emiliano Gonzalez Toro, Philippe Jaroussky et Emőke Baráth (Théâtre des Champs-Élysées, Arsenal de Metz, Théâtre de Compiègne), sans oublier L’Orfeo du même Monteverdi avec La Cappella Mediterranea et Leonardo García Alarcón (Opéra de Versailles, De Singel Anvers). Elle chantera le Requiem de Mozart avec le Purcell Choir et l’Orfeo Orchestra Budapest dirigés par György Vashegyi au Théâtre des Champs-Élysées, théâtre qu’elle retrouve pour La Petite Messe solennelle de Rossini avec le Chœur de la Radio Flamande.

À l’automne 2017 a été publié par Alpha Classics l’enregistrement du Messiah avec Le Concert Spirituel et Hervé Niquet.